Le 10è festival du film francophone se déroule avec un grand succès au plan local, Angoulême est en ébullition. Mais si les médias en parlent, c’est plutôt grâce à François Hollande et son intervention à la chaîne TV5 Monde qui n’avait rien à voir avec le cinéma, sauf le sien…

Du côté du gouvernement, hélas, pas grand-chose ! Au mieux la ministre de la culture française, Françoise Nyssen, y fera une apparition !? Or quelle belle occasion de rassembler la francophonie avec plus de 100 films produits non seulement en France, mais en Belgique, en Tunisie, au Burkina-Faso, au Liban, au Québec… et avec un pays invité d’honneur, la Côte d’Ivoire, qui se remet des troubles d’il y a une dizaine d’années ! L’épouse du président, Dominique Ouattara, et le ministre de la culture, Maurice Kouakou, y sont présents.

Au moment où la France doit réactiver son action sur le plan international, il eût été brillant et nécessaire qu’un premier ministre ou le président de la république marque de sa présence encourageante et symbolique ce festival, dans une ville si méritante par son action culturelle et pour donner un signal fort au monde entier de sa volonté de hisser et de faire rayonner la culture francophone, une culture occidentale alternative du tout-américain. Même si le président du jury choisi est John Malkovitch, acteur américain bien sympathique par sa francophilie et remarquable par son talent…