Malraux était venu pour illuminer l’Acropole. Macron arrive sur la Pnyx pour illuminer la foi en la déesse

déesse europeEurope, « pour retrouver le sel de ce qui a été inventé à l’endroit même où nous nous trouvons » dit-il.

Le symbole est remarquable. Après quelques balbutiements liminaires en grec moderne dans ce lieu qui a vu naître la démocratie, il fait résonner la langue de Molière, celle qui s’est le plus nourrie du grec, au point que si chaque Français versait 1 centime de taxe à chaque mot d’origine grecque qu’il prononce, la dette de ce pays serait déjà remboursée ! Cette boutade fut lancée par la chanteuse grecque Angélique Ionatos devant son public à l'Olympia (de Paris) en 2013.

Il ne reste plus aux États qu’à inventer la taxation de la parole…