Avec Les Bienheureux, son premier long métrage de production franco-belge, la réalisatrice algérienne reçoit plusieurs récompenses. Belle histoire de deux femmes, séparées par deux générations, dans l’Algérie de l’après-guerre civile. La version originale en arabe et français, par bonheur, fait un peu oublier que le film qui reçoit le lion d’or à Venise est en anglo-américain…