Grâce à l’action du gouvernement de Manuel Valls sous la mandature de François Hollande, la France est invitée cette année pour la première fois depuis 1989 à la foire du livre de Francfort. Ce n’est pas faute d’avoir reçu une invitation, mais l’intérêt culturel des gouvernements de Sarkozy et Chirac devait se placer ailleurs ou plutôt nulle part…

Le directeur de la foire, Jürgen Boos, attend 7 mille exposants issus de 106 pays. Parmi eux, près de 200 auteurs de la francophonie : Michel Houellebecq, J.M.G. Le Clézio, Alain Mabanckou, Michel Bussi…

L’occasion est belle pour Emmanuel Macron de retrouver Angela Merckel et de la convaincre de refonder l’Europe !

C’est aussi le moment pour lui de rechanter le refrain de la francophonie, qu’il n’a appris que récemment en lisant mon blogue et en écoutant les conseils de Laurent Fabius, président du Conseil Constitutionnel, qui lui a appris, lors de son investiture, que le président est le garant de la langue de la République !

En affirmant la volonté de démultiplier le programme Erasmus, Macron est en symbiose avec Jürgen Boos : « La culture est la bonne approche pour renforcer le projet européen, c'est plus facile que de commencer avec l'économie ». Eh oui !