Les Mapuches ne sont pas très bien vus de la majorité des Chiliens. Ce peuple indigène de 800 mille âmes constitue l’une des minorités amérindiennes occupant un territoire s’étendant sur le Chili et l’Argentine et a été longtemps « malmené » par les conquistadors dès le XVIè siècle et récemment pendant la période Pinochet.

Ils parlent le mapudungun,  l’une des 5000 langues chères à Claude Hagège et à tous les amoureux des langues.

Le Pape François, lors de sa visite à Temuco, leur capitale, les a salués dans leur langue. Il s’agit d’une langue amérindienne orale. Son alphabet a été normalisé récemment, sur le modèle castillan. Il n’y a pas vraiment de difficultés de prononciation pour un locuteur de langue latine. L’accent tonique se porte sur l’avant-dernière syllabe, si le mot se termine par une voyelle et sur la dernière syllabe, si le mot se termine par une consonne.

Quelques exemples :

terre = mapu,  eau = ko,  feu = cütral,  nuit = punh,  jour = antü

manger = in,  boire = putun,  petit = pichi,  grand = fütra

femme = domo,   homme = wentru