Bienvenue en France à George Weah, président du Libéria !

Pour avoir connu le Libéria d'avant les conflits fratricides de la fin du siècle précédent, je mesure l'importance du geste de George Weah, nouveau président, qui commence sa tournée européenne en France et qui sera reçu à l'Élysée par Emmanuel Macron. Certes, Weah est un ancien joueur du Paris-Saint-Germain, mais c'est surtout que la politique qu'il doit maintenant mener dans son petit pays de l'ouest africain a besoin de liens sérieux avec l'Afrique francophone et bien sûr avec la France.

En effet le Libéria, petit îlot anglophone avec la Sierra Leone, est entouré principalement de la Côte d'Ivoire et de la Guinée. Le Sénégal, le Burkina-Faso et bien d'autres ne sont pas loin. Ce pays a été fondé au XIXè siècle pour permettre à des Afro-Américains libérés de l'esclavage aux États-Unis de retrouver une "mère-patrie". La langue officielle est donc l'anglais, mais qui, de par son influence afro-américaine, se distingue nettement de la langue anglaise très "British" des pays africains anglophones.

La population est donc constituée, pour une part minoritaire mais socialement dominante, des descendants de ces esclaves affranchis, aux patronymes sonnant délicieusement anglais ou français selon le cas (par exemple Emmet Goodridge, Napoleon Cassel, Samuel Johnson, Daniel Massaquoi...), et pour une part plus importante des Africains autochtones portant des noms du type Momolu Dukuli. Ces exemples sont tirés des élèves à qui j'enseignais avec bonheur et quelques collègues camerounais et togolais la langue de Molière. En général, ils s'en sortaient très bien, naturellement motivés par la proximité d'une vaste aire francophone à proximité. Aujourd'hui les Alliances Françaises des pays anglophones de l'est africain savent la demande importante de cours de français, langue nécessaire pour trouver un emploi. C'est pourquoi il me semble indispensable que la France aide ces pays et fassent le maximum pour le rayonnement linguistique, culturel et économique de la Francophonie.

Au vu des enjeux d'aujourd'hui pour son pays, qui a tant besoin de paix et de développement, l'élection de George Weah, enfant des quartiers populaires, est de bon augure. Souhaitons-lui bonne réussite !

 

 

 

 

Posté par OUI LES LANGUES à 18:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


Un concours de calligrammes à l'Alliance Française de Bangkok

Initiative originale prise par l'Alliance Française de Thaïlande à l’occasion de la fête de la francophonie (ภายใต้กรอบงานประชาคมโลกฝรั_เศส) programmée au mois de mars, le président Macron devant faire une intervention importante le 20. Il s’agit d’un concours de calligrammes, poésies graphiques pouvant s’avérer un moyen créatif et ludique d’apprendre les langues. Cette idée est liée au centenaire de la mort du poète Guillaume Apollinaire, qui a inventé le terme calligramme, mais les dessins-poèmes existaient déjà dans l’Antiquité, tel celui de Simmias de Rhodes, représentant une hache, un œuf et des ailes de l'amour.

Le règlement de ce concours mérite qu’on s’y arrête. Il est écrit en français, thaï et anglais. On y découvre les magnifiques lettres de cette langue isolante, dont les substantifs et les adjectifs sans genre ni nombre restent invariables, ne laisserait aucune place à un débat sur l’écriture inclusive ! On remarque également que le calendrier thaïlandais a plus de 5 siècles d’avance sur celui du monde occidental, puisqu’on est déjà en 2561 !

Les récompenses prévues sont soit une session de 30 heures de cours de français, soit une session de 30 heures de cours de mode.

Attention, pour participer, il faut justifier d’une résidence en Thaïlande depuis au moins 12 ans, alors, si ça vous intéresse, il faut d’abord vous installer dans ce beau pays et attendre l’an 2573 de l’ère bouddhiste…

 

Posté par OUI LES LANGUES à 13:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Bravo à Sébastien De Courtois, directeur de l'Institut Français d'Ankara

« Il ne s’agit pas de maintenir la seule présence héritée de l’histoire, mais au contraire de montrer en quoi la francophonie est porteuse d'avenir"

Sébastien De Courtois, vient d’être nommé directeur de l'Institut Français d'Ankara. Lepetitjournal.com lui a accordé un entretien, dans lequel il se définit comme un « passeur culturel ». Sa mission ne se borne pas à rappeler la culture française héritée de l’histoire mais au contraire à montrer en quoi la francophonie est porteuse d’avenir. Il croit à la voix portée par la francophonie, grâce, entre autre, à l’action des 96 Instituts Français sur les 5 continents. En Turquie des milliers d’élèves suivent des cours de français dans l’une des antennes d’Istanbul, Ankara ou Izmir. Il y a aussi 2 Alliances françaises à Bursa et Adana. Les retombées de ces actions sont attendues aussi bien sur le plan culturel et touristique que sur le plan économique et commercial. L’Institut Français, en plus des manifestations culturelles qu’il programme et des cours s’adressant aux apprenants individuels, œuvre également dans le cadre de partenariats avec des administrations, des associations et des fondations. La France peut ainsi jouer un rôle singulier dans la mondialisation. Sébastien de Courtois profite de cette tribune pour exhorter les universitaires et intellectuels de France à ne pas camper dans une posture de boycott vis-à-vis d’un pays qui a besoin de solidarité, d’amitié et de présence. Belle leçon, Monsieur, à nos élites hexagonales trop souvent étriquées à l’intérieur du boulevard périphérique !

(Merci à Nathalie Ritzmann de lepetitjournal.com)

 

Posté par OUI LES LANGUES à 15:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Victoires de la musique : bravo au hip-hop, honte aux variétés !

Le chanteur Orelsan, distingué aux 33e Victoires de la musique, confirme que le hip-hop hexagonal rayonne dans la langue française. Les rappeurs français, issus des banlieues et des provinces, font honneur à la langue du pays qui les nourrit, même si certains n’ont pas toujours brillé dans leurs paroles pour leur amour de la patrie !

On ne peut en dire autant de tous les artistes de variétés, suivez mon regard, tourné vers la fille de deux immenses vedettes francophones, Serge Gainsbourg et Jane Birkin, alors que celle-ci avait pour langue maternelle celle de Shakespeare !

Il est inadmissible que les autorités françaises, les décideurs français subventionnent, patronnent ou distinguent les artistes qui ne font que prodiguer leurs œuvres dans une autre langue que celles en usage dans le pays de Molière et dans les pays francophones des cinq continents.

Il faut que le public pèse sur cet aspect des choses, qui n’est pas anodin et qu’il ne faut pas confondre avec le nationalisme et le repli sur soi. Au contraire, c’est le pluralisme des cultures (donc des langues) qu’il faut promouvoir et défendre, avec clairvoyance et vigilance, afin d’éviter tout alignement zélé ou résigné sur une culture, aussi impressionnante qu’elle puisse paraître.

Dommage que le jury n’ait pas récompensé l’une des jeunes chanteuses qui chantent en français !

Heureusement qu’au dernier grand prix Eurovision le public de toute l’Europe, du nord au sud et de l’est à l’ouest a largement voté pour le chanteur portugais qui a chanté en portugais, faisant ainsi un énorme pied de nez aux 99% des autres candidat(e)s de tous les autres pays qui sans ambages détruisent leur pays en présentant leur chanson dans ce qu’ils considèrent comme la langue internationale.

Posté par OUI LES LANGUES à 12:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

Bravo à lepetitjournal.com pour les Trophées des Français de l’Étranger

Les Français de l’étranger, par leur talent et leur audace, sont de véritables ambassadeurs de la France sur tous les continents et contribuent ainsi, de près ou de loin, à la francophonie.

Un organe de presse francophone en ligne, lepetitjournal.com a créé en 2013 les TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER  pour mettre en valeur leur parcours et leur réussite. On en est cette année à la 6è édition.

Les candidat(e)s s’inscrivent dans les catégories suivantes :

  • Social et Humanitaire, remis par la Caisse des Français de l'étranger (CFE) 

Ce prix récompensera les candidats ayant un rôle moteur dans la préservation de la cohésion sociale, des actions sur la réduction des inégalités.

  • Education, remis par le CNED

Ce Trophée récompensera les personnes au service de la transmission de la connaissance : enseignement, (scolaire et universitaire dans tous les domaines), recherche, fondation de centres d’apprentissage, initiatives pour la francophonie...

Les candidats seront évalués sur leur capacité d’innovation, et le rayonnement de l’action engagée.

  • Ancien élève des Lycées français du monde, remis par l'Agence pour l’Enseignement Français à l'Étranger (AEFE)

Ce Trophée souhaite mettre en avant les parcours remarquables d'anciens élèves ayant effectué tout ou partie de leur scolarité dans le réseau de l'Enseignement français à l'étranger, qu'ils soient de nationalité française ou non. Le candidat, s'il est français, doit actuellement résider à l'étranger. S'il n'est pas français, le candidat devra justifier d'une activité qui participe au rayonnement de la France à l'étranger. Tous les candidats de cette catégorie devront préciser dans quel(s) établissement(s) ils ont effectué leur scolarité.  

  • Entrepreneur, remis par Humanis

Les candidats seront évalués sur leur flair (capacité à trouver une idée ou innovation et l’exploiter), leur leadership (capacité à être en charge de personnes et de les guider afin d'atteindre les objectifs fixés) et leur audace. L'engagement en faveur de valeurs humaines et sociales sera aussi apprécié, ainsi que la contribution au développement local et le soutien au développement de l'esprit d'entrepreneuriat "à la française".

  • Culture/Art de Vivre

Pour la 6e fois, lepetitjournal.com,  le quotidien en ligne des Français expatriés et des francophones, lance l'appel à candidatures pour les Trophées des Français de l'étranger. Cette cérémonie annuelle mettra en valeur des parcours étonnants de Français résidant à l’étranger et des engagements réussis à l’international

Cette catégorie regroupe les candidats qui font la créativité de la France à l’international dans les domaines suivants: Culture, art, mode, parfum, décoration, gastronomie, art floral et jardins.

Le jury sera sensible aux savoir-faire traditionnels et à la créativité.

  • Jeune Espoir (moins de 28 ans)

Ce prix sera attribué à un candidat qui se sera distingué pour sa capacité à évoluer dans une culture différente, son intégration et l'acquisition de nouvelles compétences. 

  • Prix du Public remis par la Banque Transatlantique

Au terme de l’appel à candidatures, lepetitjournal.com sélectionnera avec la Banque Transatlantique 10 candidatures. La campagne de vote des internautes est ouverte sur le site jusqu’au 13 mars. Le lauréat du prix du public sera désigné par les internautes.
 

Bravo et bonne chance à celles et ceux qui concourent !

 

Posté par OUI LES LANGUES à 18:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,

Amazon, le bracelet et le nouveau monde.

In Italia non ci sarà mai il braccialetto di Amazon. En Italie il n’y aura jamais le bracelet d’Amazon. Selon le chef du gouvernement italien, Paolo Gentiloni, "le défi, c'est un travail de qualité et non pas le travail avec un bracelet".
Dès le début de février la presse italienne a couvert les réactions politiques hostiles à ce système électronique breveté aux États-Unis visant à détecter les mouvements des mains de ses salariés dans ses entrepôts pour suivre leur travail. Pendant ce temps, les milieux politiques et syndicaux français font bien pâle figure, englués qu’ils sont dans leurs problèmes de santé.

Amazon se défend en essayant de faire croire que ce serait pour faciliter la tâche des ouvriers, mais ce géant du commerce en ligne a depuis longtemps la réputation d'entretenir des conditions de travail difficiles dans ses entrepôts et ses centres de distribution pour augmenter la productivité des employés et garantir des livraisons rapides aux clients.

Cette actualité est un exemple de la raison de ce blogue qui crie halte au tout-en-anglais ! Non pas que cette langue soit à bannir pour elle-même, non pas que le système anglo-saxon ne produise que de l’inhumain, puisque c’est en anglais que le New York Times décrit la culture d'entreprise "néfaste" d’Amazon, mais il souffle du continent américain un courant néo-libéral débridé et ravageur, que seule une Europe encore humanisée et de bon gouvernement – et ce n’est pas gagné !- peut contrer ou au moins freiner.

Aussi la bataille pour la francophonie et le plurilinguisme est-elle plus que jamais indispensable, si on ne veut pas d’un monde comme celui que décrit cet employé d’un entrepôt Amazon : devoir garer son véhicule prêt à partir selon le règlement afin de prévoir la fatigue qui les empêcherait de faire une marche arrière en fin de service ; de porter un badge bleu lorsqu’on est en CDI et vert en CDD ;  de perdre sa qualité d’ouvrier ou d’employé au profit de picker ou packer, selon qu’on retire les articles des rayons ou qu’on les emballe ; de devoir écrire sur un kaisen* ses avis et conseils pour améliorer le fonctionnement de l’entreprise, etc…

Je comprends maintenant mon instinct qui m’a fait faire mon dernier achat à la librairie Masséna plutôt que de cliquer sur Amazon.

* kaizen  改善 est la fusion des deux mots japonais kai et zen (= changement  et meilleur), c’est-à-dire l’amélioration continue de la qualité.

 

Posté par OUI LES LANGUES à 15:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

« Mon idée pour le français » : Bravo à l’Institut Français !

L’Institut Français, qui avait réalisé en 2017 dans les aéroports parisiens la belle opération « Et en plus je parle français », vient de lancer cette année une consultation en ligne : Mon idée pour le français. C’est une demande du président Macron, qui se montre bien décidé à agir en matière de francophonie et de plurilinguisme. L'objectif de la consultation est de recueillir des idées pour que le français continue de se diffuser dans le monde et de se développer avec les autres langues. Cette consultation est ouverte depuis le 26 janvier et sera close le 20 mars, date de la journée internationale de la francophonie. Elle permettra de recueillir des idées du monde entier pour promouvoir l'utilisation du français et le plurilinguisme. Les participations viendront alimenter un plan d’ensemble pour le français et le plurilinguisme dans le monde. Les auteurs des propositions les plus innovantes seront invités à Paris pour présenter leur idée dans le cadre de la mise en œuvre du plan pour la langue française et du plurilinguisme. Quelques données chiffrées datant de 2014 :

-        Le français est la 5e langue la plus parlée au monde avec 274 millions de locuteurs

-        Le français est la 2e langue apprise comme langue étrangère

-        Le français est la 3e langue des affaires dans le monde

-        Le français est la 4e langue d’internet

-        Il y a 125 millions d’apprenants du/en français...

Posté par OUI LES LANGUES à 22:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

Le Conseil Économique, Social et Environnemental prône une francophonie dynamique

Par son communiqué de presse du10/01/2018 le CESE annonce son souhait de mettre la francophonie à l’honneur en 2018 et vote à l’unanimité des 181 membres son avis sur le rôle de la France dans une francophonie dynamique.

Le CESC constate que la Francophonie s’étend sur les 5 continents avec une évolution démographique favorable, notamment en Afrique. Les enjeux élevés de la Francophonie correspondent à des objectifs de politique étrangère de la France sur la scène internationale et s’énoncent comme une feuille de route.

1. Le CESE recommande à la France, membre fondateur et premier contributeur de la Francophonie, de s’impliquer davantage dans l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) et dans l’espace géoculturel francophone, en particulier dans la promotion de l'éducation lors de forums multilatéraux de négociation comme au sein de ses Etats membres. Selon le Conseil, la perte d’influence de la langue française peut être combattue grâce à l’éducation, qui doit devenir un objectif prioritaire dans lespays de l'espace francophone, sachant que la promotion du français comme langue première, secondeou comme langue étrangère dépendra des efforts publics consacrés à l'éducation.

2. La France, en tant que puissance mondiale, doit, par son implication dans les Sommets de la Francophonie, participer à l'élaboration d'un agenda des négociations internationales plus favorable au développement durable.

3. Le CESE préconise la création d'un ministère de plein exercice de la francophonie pour favoriser l’essor d’une culture francophone mondiale en soutenant financièrement davantage l’offre des chaînes francophones.

4. Le CESE préconise de reconnaître et institutionnaliser les liens entre les sociétés civiles des pays francophones par la création d’un partenariat institutionnalisé avec l’Union des conseils économiques et sociaux et institutions similaires francophones (UCESISF). L’éducation au français étant la priorité de la francophonie pour le CESE, l’assemblée souhaite faire de l’enseignement du et en français un thème de mobilisation des acteurs reconnus des sociétés civiles de ces pays avec un forum des sociétés civiles francophones en faveur de l’éducation et de la formation.

5. Le CESE est convaincu que la francophonie doit aussi être réinvestie sur le plan national : « Redonner l’envie de francophonie en France » lui semble essentiel, d’où sa volonté d’accueillir, le 20 mars prochain, un événement consacré à la Journée internationale de la Francophonie. Cet événement mobilisera tous les acteurs de la société civile qui par leurs actions nationales et internationales font la richesse de la francophonie.

Le CESE est la troisième assemblée constitutionnelle de la République après l’Assemblée Nationale et le Sénat. Son rôle est de favoriser le dialogue entre les différentes composantes de la société civile organisée et qualifiée en assurant l’interface avec les responsables politiques.

L’assemblée plénière s’est réunie en présence de Michaëlle Jean, Secrétaire générale de l'Organisation Internationale de la Francophonie.