Retraites : M. Delevoye happé par l’obédience anglo-américaine de LREM

Par un courrier électronique démontrant, s’il en était encore besoin, son obédience anglo-américaine, La République En Marche affiche en gros et gras le terme microlearning, au risque certain d’accentuer ainsi sa caricature de France de ceux qui réussissent. D’autant plus que cette méthode écarte une partie des compatriotes, mais peut-être ne le savent-ils pas. Même le haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye s’adresse aux Français en glissant ce néo-anglicisme qui ne lui sied guère.

Les meneurs de ce mouvement gagneraient à faire une formation en macrolearning sur l’humilité et le patriotisme, à l’instar de ce que fait leur maître à penser, qui s’efforce de n’user de ses connaissances de la langue anglaise qu’à bon escient !

 

 

Posté par OUI LES LANGUES à 21:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Peyo, inventeur des schtroumpfs, linguiste malgré lui

Peyo, auteur belge de bandes dessinées, connu des petits lecteurs de Spirou des années 1950-60, a été sans aucun doute un brillant linguiste.

Alors que l’esperanto ne parvenait pas à s’imposer comme langue universelle et que l’anglo-américain ne faisait que commencer ses dégâts linguistiques mortifères, il réussit, en donnant le nom de schtroumpfs aux petits lutins bleus de son nouveau conte, la flûte à six trous, en 1958, à donner à la jeunesse du monde entier la clé d’un nouveau langage. Chaque peuple a pu ainsi schtroumpfer les schtroumpfs dans sa propre langue selon son génie.

Pour les Allemands schlumpf, les Hollandais smurfen, les Anglais smurfs, les Danois smols, les Suédois smurfernas… et, avec davantage d’originalité :

Pour les Espagnols pitufos, les Israéliens dardassim, les Italiens puffi, les Basques pitufoak, les Japonais kumafu, les Chinois lang shing ling, les Catalans barruffet

C’est une bonne chose que le cinéma remette à l’honneur ces petits personnages avec leur représentation pertinente de la société. Il faut espérer toutefois que l’impérialisme de la pellicule américaine ne les transforme pas tous en smurfs !

 

Posté par OUI LES LANGUES à 15:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Bravo au Liet international et merci à France-info !

Billy Fumey chantera en arpitan ce soir à Leeuwarden (Pays-Bas), à l’occasion du Liet International. Depuis 2002, ce concours musical réservé aux musiciens s'exprimant dans les langues minoritaires de l’Europe se tient presque chaque année. La première édition mit à l’honneur 10 langues :  basque, catalan, breton, frison occidental, frison septentrional, cachoube, occitan, same, gallois, irlandais et c’est le groupe catalan Pomada qui a remporté les 2 prix (jury et public).

Le concours Liet de 2017 s’est tenu en Norvège et c’est la chanteuse en langue same (lapon) Ella Marie Hætta Isaksen qui a remporté les 2 prix.

Le mot liet signifie langue en frison. L’arpitan est parlé en Suisse romande, Vald’Aoste, Franche-Comté, Savoie... Une diaspora a créé la ville de Besancon dans l'Indiana, d'où les récitals prévus pour Billy Fumey aux États-Unis d'Amérique.

Ce soir, au Liet de 2018, Billy Fumey représentera non pas la France, mais la Franche-Comté. Il essaiera de faire mieux que Madame-Monsieur à l’Eurovision…

 

 

Posté par OUI LES LANGUES à 21:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Après la « dernière » de Trump, Macron-Charlemagne frappe le tout-anglais du principe d’extraterritorialité !

Après la « dernière » de Trump, Macron-Charlemagne a frappé le tout-en-anglais du principe d’extraterritorialité !

Ce qui se prépare à propos du désaccord sur le « nucléaire iranien » atteindra peut-être un niveau qui devrait rappeler aux Français et aux autres ce que le président Mitterand disait en 1995 : le Américains nous font une guerre à mort, sans mort certes, mais à mort quand même.

Au nom du principe d’extraterritorialité, inventé par le roi-lion économique de la planète-jungle, la justice américaine se jette sur toutes ses proies partout dans le monde, dès lors que le dollar, un serveur américain, une puce électronique ou un satellite de télécommunication, lui donne matière à poursuivre. L’exemple de l’amende de 8 milliards infligée à la BNP (du temps d’Obama !) n’est qu’un minuscule exemple de la prédation généralisée orchestrée par la grande puissance « alliée » et « amie ». En bonne hypocrisie puritaine, l’administration américaine invoque toutes sortes de raisons « morales » ou « économiques » pour imposer son droit, ce qui lui permet d’extorquer des sommes stratosphériques à des entreprises européennes. Elle s’apprête à attaquer Sanofi, Airbus, Safran et bien d’autres. L’extra-territorialité du droit américain sera-t-il contré par l’Union Européenne, sous l’impulsion d’Emmanuel Macron et de son entente avec la chancelière Angela Merkel ? Pourront-ils obtenir une union sacrée des 28 ? compter sur la fiabilité des autorités iraniennes ? être obéis des entreprises européennes, tant celles-ci craignent les États-Unis ? Bref, au-delà du comportement critiquable de leur président, cette nation est guidée par une idéologie qui tend à vassaliser ses alliés et à coloniser le reste du monde.

S’il est pour l’instant difficile de lui résister, rien n’empêche de combattre le tout-en-anglais et c’est tant mieux que Macron-Charlemagne se soit adressé en français aux étudiants allemands d’Aix-la-Chapelle, certains utilisant l’oreillette traductrice, d’autres utilisant leurs oreilles et leurs cours de français. Voilà une Europe fière ! Condamnons l’anglo-américain au nom du principe d’extraterritorialité !

 

Posté par OUI LES LANGUES à 23:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

Merci aux Anglais pour ce magnifique Merci Arsène !

Arsenal, les Gunners, tout le monde a entendu parler de cette équipe londonienne de football pour ses exploits nationaux et européens. Mais cette fois on parle d’Arsenal pour un évènement très spécial : le départ de son entraîneur, le Français Arsène Wenger, qui a officié pendant 22 ans à la tête de l’équipe !

À cette occasion les 60 mille spectateurs arboraient un maillot aux couleurs du club portant l’inscription Merci Arsène, avec l’accent grave s’il vous plaît, tandis que de nombreuses banderoles étaient hissées avec la même inscription de reconnaissance, soulignées par les chants dont ce peuple celtique a le secret.

La marque de respect à l’égard de Monsieur Wenger et de la langue du pays dont il est originaire mérite d’être signalée, d’autant plus qu’il parle un excellent anglais à faire oublier aux Britanniques qu’il est étranger !

Merci à ces Londoniens pour associer le respect des langues à celui des personnes !

 

 

Posté par OUI LES LANGUES à 12:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,