Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
OUI LES LANGUES
Publicité
OUI LES LANGUES
  • Faire "Halte au tout-en-anglais". Rappeler aux Français leur devoir de défendre partout la francophonie. Sensibiliser les décideurs européens politiques, économiques, sociaux au plurilinguisme sans céder à la facilité et à la fatalité du tout-en-anglais.
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog
Archives
OUI LES LANGUES
Visiteurs
Depuis la création 17 367
Newsletter
table
hugedes
5 avril 2019

Loiseau de l'ENA et Loiseau de LaREM : contraste ?

Fotolia_80034230_L - Copie

 

En 2015, la directrice de l’École Nationale d’Administration, Nathalie Loiseau, défendait la mesure consistant à imposer l’anglais parmi les 2 langues vivantes obligatoires au concours d’entrée. Résultat : aujourd’hui, en 2019, la première étape du concours comporte 4 épreuves dont une de langue vivante et c’est obligatoirement l’anglais !

C’est peut-être du réalisme, mais c’est une soumission et probablement une restriction culturelle. Les étudiants francophones, les anglophones et tous les autres ne peuvent y voir qu’une vérité : l’anglais est indispensable, les autres langues ne sont qu’accessoires et bientôt à ranger au musée ou au mieux au rang de dialectes. Et si l’anglais est indispensable, cela implique d’ingurgiter toute la « culture » néo-libérale venant d’outre-Atlantique, bigre !

Or, ce matin sur France-info, Madame Loiseau, tête de liste de la liste LaREM aux élections européennes, est intervenue d’une façon très incisive et intéressante à propos du président américain et sa façon de concevoir les échanges internationaux, des conservateurs allemands peu clairs à propos du siège permanent au conseil de sécurité de l’ONU, du gouvernement italien s’ouvrant à la Chine, du fonctionnement du conseil européen permettant à 4 pays sur 28 de s’opposer à la taxation des GAFA et du gouvernement britannique enlisé dans son incohérence.

Tout cela est bien vu, certes,  mais Madame Loiseau et son équipe, une fois élus, feront-ils preuve du volontarisme (macronien ?) nécessaire pour tenir bon dans ce casse-tête ? C’est le moment de se dire que, de même que les boursiers savent comment acheter des actions quand les cours sont au plus bas, c’est le moment de prendre des parts d’espoir en l’Europe. Et sans oublier le plurilinguisme !

 

 

Publicité
Publicité
Commentaires
Publicité