Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
OUI LES LANGUES
Publicité
OUI LES LANGUES
  • Faire "Halte au tout-en-anglais". Rappeler aux Français leur devoir de défendre partout la francophonie. Sensibiliser les décideurs européens politiques, économiques, sociaux au plurilinguisme sans céder à la facilité et à la fatalité du tout-en-anglais.
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog
Archives
OUI LES LANGUES
Visiteurs
Depuis la création 17 367
Newsletter
table
hugedes
13 décembre 2019

Great Britain and Little England : du Brexit au Gaélique !

london bridge

Le royaume désuni d’outre-Manche devient de plus en plus le 51ème état des États-Unis d’Amérique du Nord. Les appels du président de la super puissance, les clins d’œil qu’il adresse au nouveau premier ministre du royaume en sont une preuve. Du reste, quel que soit le président américain, il ne peut en être qu’ainsi, tellement l’intérêt de nos grands alliés est d’avoir un cheval de Troie asservi dans notre pauvre Europe vassalisée.

Ce blogue traite de la place dominante inacceptable de la langue anglo-américaine dans le monde. Cela vaut aussi pour les Britanniques qui peuvent de moins en moins prononcer et même écrire leur langue anglaise en anglais, un comble ! Et ce sera pire encore pour eux lorsque le royaume pèsera 1/51è de l’ensemble angloaméricanophone.

Un petit enfant anglais demandait récemment à ses parents pourquoi on dit Great-Britain, puisque le pays est si petit (244 mille km2, moins de la moitié de la France !).

Qu’en restera-t-il après l’indépendance de l’Écosse (79 mille km2, dont 800 îles et beaucoup de pétrole sous la mer) ? Cette question, dans l’air depuis quelques décennies, est davantage à l’ordre du jour depuis ce lamentable épisode du Brexit, que les Écossais dénoncent largement.

Si ce jour arrive où la sécession de l’Écosse conduira ce pays à devenir membre de la communauté européenne, les Écossais auront-ils la force et la motivation comparables à celles des Catalans, pour réactiver le Gàidhlig, la langue de leurs aïeux ? Aurons-nous au conseil de l’Europe un deuxième partenaire qui prononcera son discours en gaélique écossais, à l’instar de son prédécesseur irlandais ?

Bref, on sait que nos élites européennes latines et germaniques se couchent devant cette langue de Shakespeare, qui n’en est qu’une déclinaison bâtarde, comme me disait mon professeur d’allemand. Alors, la remise de l’anglais à sa juste place viendra-t-elle des Celtes des Îles Britanniques ? Quel joli retournement de l’histoire pour le plurilinguisme et quelle victoire culturelle !

Si ce jour vient, on pourra fêter Oíche Shamhna (Halloween) de gaîté de cœur…

 

Publicité
Publicité
Commentaires
Publicité