urovision ou plutôt Euroalbion… 
 
Merci M. Vallini, merci M. Riester !

Bravo à ces responsables politiques, qui ont manifesté leur réprobation en apprenant que le candidat français au prochain concours eurovision chantera en anglais ! Dommage que leurs collègues, les décideurs de tout poil et surtout les médias (privés comme publics) ne leur emboîtent pas le pas !

Alors que, dans les années 1950, les fondateurs suisses, italiens et français de ce concours de chansons  jouaient la carte de la diversité européenne, que révèle son patrimoine linguistique incommensurable de langues officielles et de langues régionales, il ne reste plus grand chose de cet élan multiculturel. Honte aux candidats suédois qui, les premiers, ont trahi le pacte en 1965 et 1974. Ils ont ouvert la brèche dans laquelle presque tous les concurrents et leurs impresarios s'engouffrent depuis : chantons tous dans la langue officielle d'Albion la perfide, Albion la brexiteuse...

Les candidats français font de même, parfois avec mauvaise conscience, en mêlant leur langue à celle des Beatles. De toutes les façons, ils perdent à plate couture et il ne peut en être autrement quand on ne sait pas où on est, ni d'où l'on vient !

C'est pourtant un lusophone qui gagna en 2017. Les votants, même ceux du nord de l'Europe, les plus anglicisés, n'ont pas hésité à placer en tête sa prestation en langue portugaise, démontrant ainsi la stupidité de s'obstiner à se soumettre à l'anglomanie ambiante quand on n'est pas anglophone dans ses tripes. L'histoire montre que Gréco, Piaf, Charlebois, Aznavour, pour ne citer que ces artistes francophones de renommée mondiale, ont certes fait traduire leurs chansons, mais c'est en chantant en français qu'ils séduisent leur public étranger, c'est même en chantant en français qu'ils ont amené des ressortissants de nombreux pays à apprendre la langue de Molière.

Plaignons donc Tom Leeb, qui, en chantant "the best in me",  devra montrer ce qu'il y a de meilleur en lui, alors que le snobisme ambiant le contraint à ne pas être tout à fait lui-même !