Une Marocaine plus hollandaise qu'un Hollandais !

Dans un reportage entendu ce matin sur France-info, Geert Wilders délivre sa logorrhée nationaliste en langue anglaise, alors que c'est en néerlandais que s'exprime une Marocaine installée aux Pays-Bas. Qui est le plus hollandais des deux ?

Posté par OUI LES LANGUES à 10:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]


La clause Molière non, la clause Molière-Dante-Cervantès-Goethe oui

Selon les délibérations de quelques conseils régionaux tenus par la droite, les entreprises de travaux publics devraient n'employer que des personnels sachant le français. Or on est loin d'un problème linguistique. Certes, l'Europe a du travail pour progresser dans l'harmonisation des politiques socio-économiques, mais ce genre de mesures, probablement inapplicables et condamnées à être annulées au plan juridique, ne servent ni l'image de la France, ni la cause du plurilinguisme. Nos élites gagneraient plutôt à valoriser notre langue, celle de Molière, et à inciter nos concitoyens à apprendre les langues de nos voisins, meilleur moyen pour que ceux-ci aient envie d'apprendre la nôtre.

Posté par OUI LES LANGUES à 22:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Remontada : quand le catalan enrichit la langue française !

Il a fallu cette remontée extraordinaire du Barça contre le PSG pour qu'un mot nouveau entre dans la langue française. Un peu comme la bérézina, le choc de l'évènement va donner une force à ce terme, qui n'aura pas loin à aller de Barcelone à Pèzenas pour s'accrocher à la langue de Molière. 

Posté par OUI LES LANGUES à 07:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

La variété cède au diktat des anglomanes zélés, mais le rap vient au secours du français

La chanteuse Alma va concourir à l’eurovision. Son titre requiem, qu’elle fait rimer avec tu m’aimes, devra comporter des paroles en anglais, pour ne pas risquer de déplaire ! Cela rappelle made for sharing sur la Tour Eiffel ! Décidément, la peur et le panache ne font pas bon ménage. Heureusement le rap révèle une talentueuse Sianna, qui sort, en français, son premier album, Diamant Noir. Pas sotte la prédiction que la francophonie se développera grâce aux Africains d'Afrique et aux enfants qu'elle envoie dans l'hexagone !

Posté par OUI LES LANGUES à 14:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le plurilinguisme de l’Europe sous les ors du château de Versailles

F. Hollande reçoit ce soir les chefs des gouvernements allemand, italien et espagnol pour soigner l’Europe. La génération Macron ne règnant pas encore, ces responsables politiques s’exprimeront dans la langue de leur pays. Interprètes, traducteurs, faites progresser l’union plurilingue de ce continent ! Les ors du château n’en reviendront pas, eux qui s’émurent tant, en 1919, lorsque la langue d’outre-Manche et d’outre-Atlantique s'imposa à côté de celle qui était la seule langue diplomatique de l’Europe depuis plus de 2 siècles pour conclure le traité marquant la fin de la première guerre mondiale.

Posté par OUI LES LANGUES à 13:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Molière mandarin : de Paris à Pékin ce n’est pas loin !

Le cours Molière a déjà enjambé le tout-en-anglais. Cet établissement scolaire privé, accueillant des élèves de la maternelle au baccalauréat, se présente comme bilingue français-anglais et offre l’enseignement du chinois dès la maternelle ! Le président Xi-Jinping a eu raison de faire son discours de Davos en mandarin : 中文

Posté par OUI LES LANGUES à 19:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Lucas Belvaux : Apprendre la langue de l’autre par respect

Le réalisateur de films belge évoque à la radio son enfance et avoue un regret : ne pas avoir appris le flamand, alors qu'il en avait envie. Il parle avec amour de la Belgique, du déchirement des deux communautés francophone et néerlandophone. Belvaux explique qu’apprendre la langue de l’autre communauté aurait été une marque de respect. Ce mot correspond à un sentiment fort. Cette marque de civisme devrait être reprise et étudiée dans toutes les écoles. Hélas pour Belvaux la Belgique n'a pas l'histoire de la Suisse, pays qui s'est construit sur le plurilinguisme et qui demande à ses enfants d'apprendre la langue de l'autre dès l'école primaire.

Posté par OUI LES LANGUES à 09:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Près de la moitié des Européens ont un langue latine comme langue maternelle !

Connaissances linguistiques des citoyens de l'Union européenne

Le tableau montre, pour chacune des langues, le pourcentage de citoyens affirmant pouvoir tenir une conversation dans cette langue en tant que langue maternelle et en tant que langue secondaire ou langue étrangère, seules les langues ayant un total de plus de 3 % sont affichées.

 

                 

  

Langues de l'Union européenne (2012)

  
  

Langue

  
  

Pays (UE27)

  
  

Langue maternelle

  
  

Langue secondaire

  
  

Total de locuteurs

  

Anglais

                                                                          Royaume-Uni            Irlande            Malte

13 %

28 %

41 %

Allemand

         Allemagne            Autriche            Belgique            Italie   (Province autonome de Bolzano)            Luxembourg

16 %

11 %

27 %

Français

         France            Belgique            Italie   (région de la Vallée d'Aoste)          Luxembourg

14%

12 %

26 %

Italien

         Italie            Slovénie   (communes de Koper,   Piran   et Izola)            Croatie   (région de l'Istrie)

13 %

3 %

16 %

Espagnol

         Espagne

8 %

7 %

15 %

Polonais

         Pologne

8 %

1 %

9 %

Russe

         Estonie            Lettonie            Lituanie

1 %

5 %

6 %

Roumain

         Roumanie

5 %

0 %

5 %

Néerlandais

         Pays-Bas            Belgique

4 %

1 %

5 %

Hongrois

         Hongrie

3 %

0 %

3 %

Portugais

         Portugal

2 %

1 %

3 %

Grec

         Grèce            Chypre

2 %

1 %

3 %

Suédois

         Suède            Finlande

2 %

1 %

3 %

Tchèque

         République tchèque

2 %

1 %

3 %

 

L'Union, en tant qu'organisation, travaille dans vingt-quatre langues officielles (au 1er janvier 2014). Ces langues officielles ne sont pas les langues comptant le plus grand nombre de locuteurs dans l'Union ; il s'agit des langues officielles des États membres.

Selon l'Eurobaromètre spécial numéro 386 de février/mars 2012 intitulé Les Européens et leurs langues, l'allemand est la langue maternelle la plus parlée dans l'Union avec 79 millions de locuteurs (15,71 % des habitants de l'Union), suivi de l'anglais avec 65 millions (12,91 %), puis de l'italien avec 63 millions (12,52 %) et du français avec 60 millions (12,09 %). Cependant l'anglais est la langue étrangère de 20,09 % des citoyens européens, ce qui en fait la langue la plus maîtrisée dans l'Union avec un total de 33 % combinant langue maternelle et langue étrangère. Le français est la langue étrangère de 7,62 % des citoyens européens (19,71 % langue maternelle plus langue étrangère), suivi par l'allemand avec 6,69 % (22,4 % maternelle plus étrangère). À noter qu'entre les plus âgés (plus de 55 ans) et les plus jeunes (entre 15 et 34 ans) la maîtrise de l'anglais en tant que langue étrangère progresse de 12 % à 28 %, celle du français progresse de 6 % à 9 %, de l'allemand progresse de 5 % à 9 %, de l'espagnol progresse de 3 % à 7 %, du russe régresse de 3 % à 2 % et de l'italien stagne à 2 %, les autres langues étant insignifiantes à moins de 1 %.

Langues de travail

Les 23 langues de l'UE sont considérées comme des langues de travail. Mais, compte tenu des contraintes budgétaires et administratives, les documents de travail sont généralement traduits uniquement en français, anglais et allemand. Le français est langue officielle et langue de travail des institutions de l'Union européenne conformément au règlement CE n° 1/1958 du 6 octobre 1958.

 

Posté par OUI LES LANGUES à 16:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le Prix Européen de Littérature: donner un visage à chaque culture d'Europe !

« L’Europe n’a pas réussi à penser sa littérature comme une unité historique, et je ne cesserai de penser que c’est là son irréparable échec intellectuel » (Milan Kundera, 2005). C’est justement cette année-là que fut créé ce prix. EUROBABEL, l’Association qui l’organise, a son siège à Strasbourg. Distinguer chaque année, pour l’ensemble de son œuvre, un écrivain européen afin de témoigner de la dimension culturelle de l’Europe. Ses créateurs sont convaincus de la nécessité impérieuse que la réalité européenne accède enfin au niveau des consciences individuelles par l’intermédiaire des grandes œuvres littéraires d’aujourd’hui, afin de contribuer à une meilleure connaissance mutuelle des peuples européens à travers les grandes figures contemporaines de leur culture, ces Victor Hugo qui en sont aujourd’hui les vivants symboles, de donner un visage à chaque culture d'Europe, d’apprendre à se connaître et s’estimer.

Le lauréat 2016 : Avec « Raske on kergeks saada », traduit de l’estonien en français par Antoine Chalvin sous le titre de « Difficile de devenir léger », Jaan Kaplinski, poète contemporain estonien, influencé par les sagesses orientales, puise son inspiration dans la vie quotidienne. Cette œuvre est une suite de poèmes aux vers courts, libres et non rimés pour exprimer son émerveillement devant la nature. Son premier recueil de poèmes traduit en français, Le désir de la poussière, paru en 2002, lui vaut le prix Max-Jacob étranger en 2003.

Posté par OUI LES LANGUES à 11:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Macron speaking to the German students in Berlin !

De Gaulle, Adenauer, Kohl, Mitterand, oui vous avez bien entendu, ja ihr habt wohl gehört : le futur président de la république française parle aux étudiants de la république allemande en anglais à Berlin !

C’est bien d’utiliser cette langue quand c’est utile. Mais si, en s’adressant de la sorte, M. Macron se croit brillant, il se trompe ! Cela aurait été « classe » de parler en allemand, même pas trop bien, et aussi en français, car nombre de ces étudiants ont aussi appris le français. Dans la vie sociale, il n’y a pas que l’efficacité commerciale, il y a la politesse, le respect et les symboles. Choisir l’anglais dans ce cas signifie que M. Macron:

  1. considère que les autres doivent comprendre son discours dans une langue tierce et tant pis pour ceux qui ne le peuvent pas (je constate souvent en France et ailleurs le sentiment de frustration de ceux qui comprennent mal l’anglais)
  2. fait fi du symbole que constitue l’abandon du français quand on aspire à être le président de la France (quand même !)
  3. donne un signal clair au monde anglo-saxon de notre aliénation culturelle (il domine déjà assez, ne trouvez-vous pas ?)
  4. donne un signal calamiteux aux francophones des 5 continents qui voient 1 fois de plus les personnalités françaises abandonner leur culture (ça me fait penser aux élites gauloises qui ont laissé leurs langues celtiques au profit du latin, juste retour des choses me dira-t-on !)
  5. donne un signal contraire aux Européens soucieux de construire une entité culturelle plurilingue respectueuse des idiomes reconnus au Parlement européen (trouvera-t-on enfin absurde, après le brexit, que les 27 se parlent en anglais, alors qu’aucun pays anglophone ne figurera parmi les membres de la Communauté, puisque l’Irlande utilise le gaélique)

Est-ce que le professeur Bayrou sera en mesure de recadrer son futur jeune élève président ?

Posté par OUI LES LANGUES à 12:32 - Commentaires [1] - Permalien [#]