Lu Festin de Nissa (les fêtes des mai à Nice)

 

Ces réjouissances font vivre la culture du Comté de Nice et, à travers les chants, les musiques et les jeux, sa langue : le Niçois. Le Niçard a pu se singulariser dans l’aire des langues occitanes grâce à son histoire originale entre la Provence, la Savoie, le Piémont et la Ligurie. Déjà au XVIIIè siècle des auteurs rédigeaient des guides et des dictionnaires pour les étrangers qui venaient séjourner ou travailler à Nice !

Tout au long du joli mois de mai, Nice est égayé par ces fêtes, dont l’origine remonte loin dans l’histoire.  La coutume voulait que l’on danse autour des mais (vira lou mai), arbres qu’on avait rapportés de la forêt et décorés pour la circonstance, et que l’on s’adonne aux joies des gourmandises (socca, tourte de blettes, pissaladière, pan bagnat), des chants et animations diverses, tels le lancer du paillassou, le jeu du pilou, ce dernier étant repris dans un film d’Hitchcock (La Main au Collet), sans échapper à l’élection de la Reine des Mai !

Jadis dans le Vieux-Nice, la traditionnelle fête s’est désormais transportée près du Musée Matisse, sous les oliviers du magnifique jardin des Arènes de Cimiez (Cemenelum est la cité bâtie aux temps des Romains sur cette colline, alors que les Grecs avaient fondé Nikaïa plusieurs siècles auparavant près du port actuel.

Benvegut a Nissa ! Viva Nissa la Bella !

http://www.recreanice.fr/fete-mai-nice-festin-nissa-cimiez-programme

Posté par OUI LES LANGUES à 17:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Macron confirme les classes bilangues ! Bel exemple au collège Jules Ferry !

Signal important donné par le président Macron : maintien des classes bilangues dans les collèges à la rentrée 2017. Le gouvernement précédent s'était fourvoyé dans une posture maladroite. Au collège Jules-Ferry de M... existent 2 classes bilangues : allemand-anglais et russe-anglais. Ces classes sont constituées pour moitié du groupe bilangue et pour moitié d'élèves monolangues anglais avec une autre option pédagogique. Il n'y a donc pas lieu de crier au crime élitiste ! L'équipe de professeurs de langue de ce collège réussit même le tour de force de mettre en synergie leur action pédagogique :  elles montent un spectacle commun plurilingue, qui se produit dans les écoles primaires du secteur. Inutile de préciser le succès de cette initiative, qui motive les élèves ! Cela contribue à faire comprendre aux enfants et à leurs parents qu'apprendre la langue des autres est le meilleur moyen d'amener les autres à apprendre le français. Et comme le rappelle le professeur François Grin de l'université de Genève : apprendre l'anglais est utile, mais ce n'est pas suffisant !

Posté par OUI LES LANGUES à 09:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Bravo à Laurent Fabius, qui évoque la langue en investissant Emmanuel Macron

 

 

  Lors de l'investiture du nouveau président de la république, le président du conseil constitutionnel rappelle à Emmanuel Macron qu'il représente son pays avec sa culture et sa langue. La situation de la langue française dans le monde contemporain justifie-t-elle ce rappel ? Sans aucun doute ! Mais en le rappelant de cette façon Laurent Fabius compte sur le président pour insuffler à toute la sphère francophone et même aux autres pays la force de lutter pour la préservation de leur patrimoine linguistique, menacé actuellement par l'hégémonie néo-libérale américaine et peut-être demain par un autre courant.

Posté par OUI LES LANGUES à 14:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Comme quoi chanter dans sa langue... bravo à Salvador Sobral qui gagne l'Eurovision en portugais !

 

O meu coraçao pode amar pelos dois : en chantant avec une belle musique cette chanson langoureuse héritière du fado, cet enfant de Lisbonne a donné à son pays sa première victoire depuis qu'existe cette compétition. Les participants de 2018 auront la chance d'aller dans ce beau pays. Devant la tendance anglo-saxonne hégémonique consistant à se produire en anglais avec force gesticulations et artifices de décor, Salvador dédit sa victoire à ceux qui font de la musique qui veut vraiment dire quelque chose, non pas un feu d'artifices mais des sentiments et que seule compte la musique... Le jeune homme s'exprime très bien anglais s'il le faut, mais il reste fidèle à son talent et à sa langue portugaise pour chanter sa lusitanie. Bravo !

Posté par OUI LES LANGUES à 14:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Coup de pouce au Coup de Pouce Université Lyon, qui fête ses dix ans. Bon anniversaire !

 

 A deux pas de la place Bellecourt, le CPU est une association d’aide aux étudiants, particulièrement les étrangers, pour la réussite de leurs études et leur intégration dans la culture française, sur un fond de convivialité, grâce à des étudiants et des retraités bénévoles, qui organisent rencontres, repas en famille, randonnées… Remarquons sur le site que l’association édite une infolettre, terme bien plus sympathique et opportun que ce vocable hélas trop courant qui pousse bien des langues dans les oubliettes !

Posté par OUI LES LANGUES à 07:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]


EUROVISION : les langues ou le yaourt ? On ne fait pas du yaourt quand on chante dans sa langue !

 

 

A la radio une enfant demande à la participante française de 2014 s'il faut faire du yaourt pour chanter à ce concours et la chanteuse lui répond joliment qu'on ne fait pas du yaourt quand on chante dans sa langue. Hélas, ce concours est gagné par le yaourt, les candidats semblent avoir oublié leur langue. Pourtant l'un des favoris Francesco Gabbani fait honneur à Dante et à Buffone. De même la lyonnaise Alma chante l'amour en français, bien que son impressario ait tenu à faire des couplets en anglais, pour que ça plaise et que les 200 millions de téléspectateurs puissent comprendre, dit-il. La fillette de l'émission dirait puissent comprendre le yaourt !

Posté par OUI LES LANGUES à 23:49 - Commentaires [1] - Permalien [#]

NETFLIX/Festival de Cannes : bras de fer et intransigeance américaine

l'homme aux 6000 langues

Bras de fer entre les organisateurs du festival et Netflix. L'Amérique du business s'impose au monde et c'est insupportable. Cette année, deux des films de la sélection sont produits par Netflix en flux continu pour leurs abonnés. Or en France les films ne sont diffusés en vidéo qu'après 3 ans de salle. Sans accord, les organisateurs ont dû modifier le règlement 2018: les films présentés devront pouvoir être présentés en salle en France aussitôt. 

Posté par OUI LES LANGUES à 22:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Éric Léandri annonce : 36 millions d'internautes utilisent QWANT, le moteur de recherche français créé à Nice en 2013

 

 

Installez Qwant sur vos ordis ! Damez le pion à Google, c'est aussi faire halte au tout-en-anglais. Macron veut faire de la France le pays des start-up (jeunes pousses !) d'ici 5 ans. Nos lycées, nos universités, nos grandes écoles ont les cerveaux pour cela. Il faut inciter les financiers à jouer le jeu et bousculer les responsables politiques de tous bords pour foncer. Bravo à Éric Léandri qui fait honneur à nos racines culturelles et lance désormais les versions corse, bretonne et basque ! Oui, les langues !

Posté par OUI LES LANGUES à 16:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Et si pour Macron le combat s'annonçait encore plus dur en Europe qu'en France ?

 

 

 

Des avertissements inquiétants pleuvent de toutes parts sur le nouveau président. L'espoir qu'il nourrit sur les améliorations à apporter au fonctionnement de l'Europe me semble bien compromis : Juncker le rappelle déjà à l'ordre sur les dépenses du secteur public et le commissaire finlandais s'offusque à l'idée de protéger les entreprises européennes comme font les américains et les chinois. Le plurilinguisme, avec ces européens-là, chantres du néo-libéralisme, a peu de chances d'être défendu. La culture humaniste n'est pas leur valeur. Ils n'ont pas compris que la victoire éclatante de Macron masque une menace sérieuse sur nos démocraties. C'est à désespérer ! 

Posté par OUI LES LANGUES à 08:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Chandara "Toutes à l'école", un miracle à deux pas de Phnom-Penh, bravo Tina Kieffer !

 

 

Après avoir recueilli Chandara, petite orpheline chétive, la journaliste française change de cap et se lance dans ce projet fabuleux, qui aboutit aujourd’hui, 10 ans après, à une école de mille élèves, avec des enseignants français et la cocarde tricolore en haut du mât près du drapeau cambodgien. Le reportage ci-dessous montre la qualité et les valeurs de cet encadrement éducatif qui sauvent les fillettes d’une vie de misère et les ouvrent sur le monde moderne. C’est aussi l’occasion de saluer toutes les initiatives humanitaires que des philanthropes mènent par le monde.

https://www.pleinevie.fr/video/toutes-a-l-ecole-en-europe-le-nouveau-projet-de-tina-kieffer-14589

Posté par OUI LES LANGUES à 16:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]