EUROVISION : les langues ou le yaourt ? On ne fait pas du yaourt quand on chante dans sa langue !

 

 

A la radio une enfant demande à la participante française de 2014 s'il faut faire du yaourt pour chanter à ce concours et la chanteuse lui répond joliment qu'on ne fait pas du yaourt quand on chante dans sa langue. Hélas, ce concours est gagné par le yaourt, les candidats semblent avoir oublié leur langue. Pourtant l'un des favoris Francesco Gabbani fait honneur à Dante et à Buffone. De même la lyonnaise Alma chante l'amour en français, bien que son impressario ait tenu à faire des couplets en anglais, pour que ça plaise et que les 200 millions de téléspectateurs puissent comprendre, dit-il. La fillette de l'émission dirait puissent comprendre le yaourt !

Posté par OUI LES LANGUES à 23:49 - Commentaires [1] - Permalien [#]


NETFLIX/Festival de Cannes : bras de fer et intransigeance américaine

l'homme aux 6000 langues

Bras de fer entre les organisateurs du festival et Netflix. L'Amérique du business s'impose au monde et c'est insupportable. Cette année, deux des films de la sélection sont produits par Netflix en flux continu pour leurs abonnés. Or en France les films ne sont diffusés en vidéo qu'après 3 ans de salle. Sans accord, les organisateurs ont dû modifier le règlement 2018: les films présentés devront pouvoir être présentés en salle en France aussitôt. 

Posté par OUI LES LANGUES à 22:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Éric Léandri annonce : 36 millions d'internautes utilisent QWANT, le moteur de recherche français créé à Nice en 2013

 

 

Installez Qwant sur vos ordis ! Damez le pion à Google, c'est aussi faire halte au tout-en-anglais. Macron veut faire de la France le pays des start-up (jeunes pousses !) d'ici 5 ans. Nos lycées, nos universités, nos grandes écoles ont les cerveaux pour cela. Il faut inciter les financiers à jouer le jeu et bousculer les responsables politiques de tous bords pour foncer. Bravo à Éric Léandri qui fait honneur à nos racines culturelles et lance désormais les versions corse, bretonne et basque ! Oui, les langues !

Posté par OUI LES LANGUES à 16:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Et si pour Macron le combat s'annonçait encore plus dur en Europe qu'en France ?

 

 

 

Des avertissements inquiétants pleuvent de toutes parts sur le nouveau président. L'espoir qu'il nourrit sur les améliorations à apporter au fonctionnement de l'Europe me semble bien compromis : Juncker le rappelle déjà à l'ordre sur les dépenses du secteur public et le commissaire finlandais s'offusque à l'idée de protéger les entreprises européennes comme font les américains et les chinois. Le plurilinguisme, avec ces européens-là, chantres du néo-libéralisme, a peu de chances d'être défendu. La culture humaniste n'est pas leur valeur. Ils n'ont pas compris que la victoire éclatante de Macron masque une menace sérieuse sur nos démocraties. C'est à désespérer ! 

Posté par OUI LES LANGUES à 08:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Chandara "Toutes à l'école", un miracle à deux pas de Phnom-Penh, bravo Tina Kieffer !

 

 

Après avoir recueilli Chandara, petite orpheline chétive, la journaliste française change de cap et se lance dans ce projet fabuleux, qui aboutit aujourd’hui, 10 ans après, à une école de mille élèves, avec des enseignants français et la cocarde tricolore en haut du mât près du drapeau cambodgien. Le reportage ci-dessous montre la qualité et les valeurs de cet encadrement éducatif qui sauvent les fillettes d’une vie de misère et les ouvrent sur le monde moderne. C’est aussi l’occasion de saluer toutes les initiatives humanitaires que des philanthropes mènent par le monde.

https://www.pleinevie.fr/video/toutes-a-l-ecole-en-europe-le-nouveau-projet-de-tina-kieffer-14589

Posté par OUI LES LANGUES à 16:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Qui fait honte à la francophonie lors du débat du 2è tour des présidentielles?

La candidate a américanisé le débat par son agressivité et ses logorrhées: un comble pour celle qui défend le patriotisme ! Le New York Times décrit une empoignade à l’américaine, tout-à-fait inattendue des observateurs qui reconnaissent aux Français l’habitude de discussions raisonnées. Lorsqu’une candidate met son éloquence au service de la médiocrité, elle dessert la francophonie. De son côté, le candidat a su rappeler que la langue française était parlée sur les 5 continents ! C'est une autre dimension !

Posté par OUI LES LANGUES à 13:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Dans une semaine LE PEN ? MACRON ? Quelle importance pour la francophonie et la langue française ?

L’option de la candidate repose sur le souverainisme : une France qui fermera ses frontières, fera ses choix sans dépendre de l’institution européenne et se mettra ipso facto à l’écart des autres pays, diminuant l'influence de sa langue et la possibilité des autres à lutter contre le globish.

L’option du candidat repose sur la volonté d’œuvrer pour et dans une Europe unie, l’Europe des 24 langues officielles qui, à l’évidence, cède à l’anglais et au globish, de sorte que 23 de ces langues risquent de devenir des espèces en voie de disparition.

Le choix entre les deux options ainsi exposées n’incite guère à l’optimisme et pourtant…

Si l’option de la candidate me paraît sans issue pour le développement de la francophonie avec une France enfermée dans ses frontières, on peut espérer que l’option du candidat, qui joue la carte de l’Europe, sera bénéfique. Justement pour avoir choisi l’union européenne. Seulement il y a une condition : le couple franco-allemand, fondateur de l’union. Ce couple devra avoir la volonté d’insuffler une nouvelle approche politique, après avoir tiré les leçons du brexit et des aspirations de tous les peuples malmenés par leurs élites. Dans ce contexte, il y aura une place pour la défense et même la promotion des langues et de la traduction. On pourra alors compter sur l’Académie Française et l’Institut Goethe pour donner le ton, avec l’Accademia della Crusca, l’Institut Cervantes et les organismes de défense de toutes les autres langues.

Cela ne se fera qu’avec le signal politique venant d’en haut, avec des décisions concrètes dans ce sens, en insistant auprès des élites de tous bords, culturels et commerciaux, qui se laissent inconsciemment ou avec zèle bercés et aspirés par le modèle hégémonique américain, que l’Europe unie de droite et de gauche doit absolument contenir sans ambages. Il y va du rôle qu’une civilisation riche d’histoire et de valeurs, l’Europe, entend jouer dans le monde du XXIè siècle, qui tend à réduire sa place.

Posté par OUI LES LANGUES à 08:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

MOANA en tahitien à Papeete : bravo la Polynésie!

Moana fille des tropiques

Le fameux film de Walt Disney vient d'être adapté en tahitien. Étienne Raapoto a conduit une petite équipe compétente pour réaliser ce travail remarquable, même si on peut regretter qu'il s'agisse d'un vecteur de la civilisation américaine. Cette initiative contribue à préserver heureusement le patrimoine de la Polynésie française. Voir :

http://www.tahiti-infos.com/Moana-en-tahitien%E2%80%89-rencontre-avec-l-equipe_a160050.html#

Posté par OUI LES LANGUES à 13:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Macron cite Villers-Cotteret pour louer la Francophonie

 

 

C'est heureux que le futur président de la république française évoque la francophonie dans ses discours de campagne. Ce soir lors de la réunion publique qu'il tient à Arras, il parle du rayonnement de la langue française et cite "Villers-Cotteret" sans plus d'explication. Je ne sais combien de personnes dans l'assistance auront compris qu'il s'agit de l'ordonnance du roi François Ier signée en 1539 à Villers-Cotteret, dans le chateau qui, comme Whirlpool, attend un repreneur... voir mon article à ce sujet.

Posté par OUI LES LANGUES à 22:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Heureusement, les chansons françaises d'antan vivent et d'autres naissent !

Oui, elles vivent: il y a Olivier Ker Ouro avec son harmonica, qui jazze les répertoires de Delpech, Gainsbourg, Asnavour, Bécaud... c'était les disques que passait sa mère pendant que son père écoutait du jazz. Il fait la synthèse des deux et c'est vraiment chouette. Et pour la création d'aujourd'hui, il y a Gauvain Sers, le chanteur à la casquette de velours côtelé du Printemps de Bourges. Ses poèmes chantés à la Renaud, pleins de charme et de satire à fleuret moucheté, visent les marchands de haine qui font campagne. Ses titres : Pourvu, Hénin-Beaumond...

Posté par OUI LES LANGUES à 22:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]