Bienvenue en France à George Weah, président du Libéria !

Pour avoir connu le Libéria d'avant les conflits fratricides de la fin du siècle précédent, je mesure l'importance du geste de George Weah, nouveau président, qui commence sa tournée européenne en France et qui sera reçu à l'Élysée par Emmanuel Macron. Certes, Weah est un ancien joueur du Paris-Saint-Germain, mais c'est surtout que la politique qu'il doit maintenant mener dans son petit pays de l'ouest africain a besoin de liens sérieux avec l'Afrique francophone et bien sûr avec la France.

En effet le Libéria, petit îlot anglophone avec la Sierra Leone, est entouré principalement de la Côte d'Ivoire et de la Guinée. Le Sénégal, le Burkina-Faso et bien d'autres ne sont pas loin. Ce pays a été fondé au XIXè siècle pour permettre à des Afro-Américains libérés de l'esclavage aux États-Unis de retrouver une "mère-patrie". La langue officielle est donc l'anglais, mais qui, de par son influence afro-américaine, se distingue nettement de la langue anglaise très "British" des pays africains anglophones.

La population est donc constituée, pour une part minoritaire mais socialement dominante, des descendants de ces esclaves affranchis, aux patronymes sonnant délicieusement anglais ou français selon le cas (par exemple Emmet Goodridge, Napoleon Cassel, Samuel Johnson, Daniel Massaquoi...), et pour une part plus importante des Africains autochtones portant des noms du type Momolu Dukuli. Ces exemples sont tirés des élèves à qui j'enseignais avec bonheur et quelques collègues camerounais et togolais la langue de Molière. En général, ils s'en sortaient très bien, naturellement motivés par la proximité d'une vaste aire francophone à proximité. Aujourd'hui les Alliances Françaises des pays anglophones de l'est africain savent la demande importante de cours de français, langue nécessaire pour trouver un emploi. C'est pourquoi il me semble indispensable que la France aide ces pays et fassent le maximum pour le rayonnement linguistique, culturel et économique de la Francophonie.

Au vu des enjeux d'aujourd'hui pour son pays, qui a tant besoin de paix et de développement, l'élection de George Weah, enfant des quartiers populaires, est de bon augure. Souhaitons-lui bonne réussite !

 

 

 

 

Posté par OUI LES LANGUES à 18:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


« Mon idée pour le français » : Bravo à l’Institut Français !

L’Institut Français, qui avait réalisé en 2017 dans les aéroports parisiens la belle opération « Et en plus je parle français », vient de lancer cette année une consultation en ligne : Mon idée pour le français. C’est une demande du président Macron, qui se montre bien décidé à agir en matière de francophonie et de plurilinguisme. L'objectif de la consultation est de recueillir des idées pour que le français continue de se diffuser dans le monde et de se développer avec les autres langues. Cette consultation est ouverte depuis le 26 janvier et sera close le 20 mars, date de la journée internationale de la francophonie. Elle permettra de recueillir des idées du monde entier pour promouvoir l'utilisation du français et le plurilinguisme. Les participations viendront alimenter un plan d’ensemble pour le français et le plurilinguisme dans le monde. Les auteurs des propositions les plus innovantes seront invités à Paris pour présenter leur idée dans le cadre de la mise en œuvre du plan pour la langue française et du plurilinguisme. Quelques données chiffrées datant de 2014 :

-        Le français est la 5e langue la plus parlée au monde avec 274 millions de locuteurs

-        Le français est la 2e langue apprise comme langue étrangère

-        Le français est la 3e langue des affaires dans le monde

-        Le français est la 4e langue d’internet

-        Il y a 125 millions d’apprenants du/en français...

Posté par OUI LES LANGUES à 22:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

Macron sur les pas de Pompidou, entre banquiers : en auvergnat ?!

Le nombre de locuteurs de l’auvergnat en Auvergne serait d’environ 80 000. Macron s'adressera-t-il à eux en auvergnat ? Le président Georges Pompidou parlait auvergnat avec ses électeurs cantaliens. Mais c’était il y a un demi-siècle !

L’auvergnat est une langue romane marquée par la particularité d’être à mi-chemin entre la langue d’oïl, parlée au nord de la Loire et la langue d’oc, parlée au sud, dans une région plutôt enclavée, à l’écart des grands axes de communication.

L’un des plus anciens textes en auvergnat traite de la Passion du Christ et date du Xè siècle. Ce texte possède justement des traits d'oc mais aussi d'oïl.

Aujourd’hui, la revue Bïzà Neirà, publiée par le Cercle Terre d'Auvergne, sort trois fois par an depuis sa création en 1974. La revue est bilingue français-auvergnat, la partie auvergnate est en écriture auvergnate unifiée. Elle a pour vocation de sauvegarder, promouvoir et diffuser la culture et le patrimoine auvergnats aux travers d'articles et textes à vocation littéraire ou scientifique.

 

Posté par OUI LES LANGUES à 10:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

Weah, Corse, Versailles : 3 enjeux pour la francophonie

Trois évènements marquants de ce 22 janvier 2018 sont importants pour la francophonie :

-        L’ex-footballeur du PSG, George Weah, investi président du Libéria.

-        Les élus corses, Simeoni et Talamoni, reçus par Édouard Philippe.

-        Les dirigeants de 140 entreprises mondiales à Versailles.

1. Le Libéria a un nouveau président, George Weah. Ce petit pays africain n’a jamais été une colonie d’un pays européen, mais il a été formé au XIXè siècle pour permettre à des esclaves américains affranchis de fonder une mère-patrie. La France n’a jamais porté beaucoup d’intérêt à ce petit pays, c’est dommage et c’est un tort. Car ce pays, certes anglophone, a comme voisins la Côte d’Ivoire et la Guinée, grands pays francophones, et tous font partie d’une Afrique occidentale très francophone. La langue française est donc une langue très utile dans cette partie du continent dit du XXIè siècle. Il y a beaucoup d’offres d’emplois dans les pays africains anglophones stipulant la nécessité de savoir le français ! Et nous voici avec ce petit pays, le Libéria, grand comme 1/5 de la France, que la France met sous les feux du projecteur, certainement en raison de la personnalité de George Weah, cet enfant sortant des taudis de Monrovia, la capitale, devenu milliardaire grâce au football et francophone depuis son séjour à Paris. Le PSG et le Milan AC ont contribué à sa gloire. Maintenant qu’il se consacre à son pays et qu’il suscite un remarquable engouement populaire, je pense qu’il ne manquera pas d’inciter les enfants à bien apprendre à l’école et d’étudier le français comme première langue étrangère. Bonne chance à George Weah et au Libéria !

2. Les représentants nationalistes de la nouvelle territorialité corse, Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni, seront reçus à 17h par le premier ministre, Édouard Philippe. Ils auront des questions éminemment politiques à traiter et l’une d’elles est la revendication d’une co-officialité de la langue corse. C’est un sujet tabou pour la France, qui n’a pas ratifié tous les articles de la charte européenne des langues régionales ou minoritaires de 1992. On sait que l’histoire de la France est forte de son jacobinisme, avoué ou non. La monarchie absolue, la révolution de 1789, l’empire napoléonien, la république ont tous en commun un pouvoir central fort s’appuyant sur une langue unique. Le président Macron, durant la campagne présidentielle, a rappelé l’ordonnance de Villers-Cotterêts de 1539, qui imposa que les actes relatifs à la vie publique soient rédigés en langage maternel français et non autrement, c’est-à-dire l’abandon du latin et le refus des dialectes et des langues régionales. Aussi le gouvernement aura- t- il fort à faire devant la revendication des dirigeants corses. En effet, sur France-info ce matin, l’indépendantiste Talamoni entendait, si nécessaire, faire le tour des pays d’Europe pour leur signaler la contradiction du pays des droits de l’homme qui prétend être un exemple pour les autres… Plaisir à venir !

Quant à la langue corse, aussi intéressante et captivante qu’elle soit pour un amoureux des langues, elle n’échappe pas, comme toutes les autres langues promues à l’unification politique et administrative d’un territoire, à l’obligation de faire des choix syntaxiques et grammaticaux dont l’évidence reste obscure pour certains de ses locuteurs ! Bonne chance à la langue corse de Centuri à Bonifacio !

3. Le président Emmanuel Macron reçoit cet après-midi au château de Versailles les dirigeants de 140 grandes entreprises mondiales. Juste avant le forum de Davos, il réussit un beau coup avec ce sommet de l’attractivité de la France. Bien évidemment  il se sent obligé de prendre la parole en anglais, en cette circonstance, pour cette rencontre dénommée « Choose France ». Comment pourrait-il faire autrement devant les dirigeants de Coca-Cola, Rolls-Roys, Facebook, UPS et les autres. C’est la langue des affaires, disait un journaliste. Soit, acceptons l’espoir que les retombées pour la francophonie seront bien réelles, mais rien n’est moins sûr, car l’image du château de Versailles, pour prestigieuse qu’elle soit, cantonne la France dans les siècles passés. Or l’un des arguments des promoteurs de la francophonie est que leur langue est aussi celle des affaires. D’où l’idée que Macron devrait s’adresser à ses invités au moins partiellement en français et le reste en anglais, comme le rossignol de la chanson d’Hugues Aufray… Quant au lieu choisi, pour montrer l’attractivité d’un pays performant et prometteur, peut-être qu’un auditorium du côté de la Défense… ? Bonne chance à la France attractive !

 

Posté par OUI LES LANGUES à 14:48 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,