Macron avec Infantino, Le Graët, Drogba et Mbappé annonce la plateforme de transformation par le sport en Afrique

L'entretien Macron-Weah à l'Élysée, à peine couvert par les grands médias, se situe pourtant en plein dans le grand sujet qui préoccupe la France et l’Europe et au-delà : le développement de l’Afrique. Les deux présidents ont permis aux joueurs célèbres présents, Drogba et Mbappé, de redorer quelque peu l'image du football, assez ternie par l'effet du comportement de certains de leurs collègues. C'est réconfortant de les entendre prononcer des propos de reconnaissance d'une part et de sentir leur volonté de promouvoir le sport et ses vraies valeurs comme élément de développement social dans tous les pays. Ils font ainsi honneur à Pierre de Coubertin et aux millions de bénévoles qui se consacrent à l'encadrement sportif des jeunes !

Ainsi le président français, en compagnie de Gianni Infantino, président de la FIFA, et Noël Le Graët, président de la FFF, a annoncé le lancement d'une "plateforme de transformation par le sport" en Afrique, vouée à la construction d'infrastructures, à la fourniture d'équipements sportifs, à des programmes de formation ou à des aides à la création d'entreprises. C’est l'Agence française de développement (AFD) et la Banque africaine de développement (BAD) qui piloteront la plateforme, avec le soutien de la Fifa.

Le nouveau président du Libéria, se présentant comme "un enfant de la France" et rappelant les valeurs d'humilité et de travail qu’il a apprises à Monaco puis au PSG, pour terminer ce glorieux épisode par un Ballon d’Or en1995, entend bien donner au sport un rôle prééminent pour l'éducation et le développement en Afrique, d’autant que c'est le sport qui a permis de désarmer la jeunesse de son pays après les 20 années de guerre civile !

De son côté, Didier Drogba, ancien joueur de l'Olympique de Marseille, qui a créé une fondation en faveur de la santé et de l'éducation des jeunes en Côte d'Ivoire et en Afrique, donne avec enthousiasme sa conclusion : "Le football est très puissant, parce qu'il permet de rassembler, d'unir les peuples".

Puissent les investisseurs croire en la possibilité d’investir au Libéria, alors que ce pays a encore beaucoup à faire pour se montrer fiable !

 

 

Posté par OUI LES LANGUES à 16:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


Bienvenue en France à George Weah, président du Libéria !

Pour avoir connu le Libéria d'avant les conflits fratricides de la fin du siècle précédent, je mesure l'importance du geste de George Weah, nouveau président, qui commence sa tournée européenne en France et qui sera reçu à l'Élysée par Emmanuel Macron. Certes, Weah est un ancien joueur du Paris-Saint-Germain, mais c'est surtout que la politique qu'il doit maintenant mener dans son petit pays de l'ouest africain a besoin de liens sérieux avec l'Afrique francophone et bien sûr avec la France.

En effet le Libéria, petit îlot anglophone avec la Sierra Leone, est entouré principalement de la Côte d'Ivoire et de la Guinée. Le Sénégal, le Burkina-Faso et bien d'autres ne sont pas loin. Ce pays a été fondé au XIXè siècle pour permettre à des Afro-Américains libérés de l'esclavage aux États-Unis de retrouver une "mère-patrie". La langue officielle est donc l'anglais, mais qui, de par son influence afro-américaine, se distingue nettement de la langue anglaise très "British" des pays africains anglophones.

La population est donc constituée, pour une part minoritaire mais socialement dominante, des descendants de ces esclaves affranchis, aux patronymes sonnant délicieusement anglais ou français selon le cas (par exemple Emmet Goodridge, Napoleon Cassel, Samuel Johnson, Daniel Massaquoi...), et pour une part plus importante des Africains autochtones portant des noms du type Momolu Dukuli. Ces exemples sont tirés des élèves à qui j'enseignais avec bonheur et quelques collègues camerounais et togolais la langue de Molière. En général, ils s'en sortaient très bien, naturellement motivés par la proximité d'une vaste aire francophone à proximité. Aujourd'hui les Alliances Françaises des pays anglophones de l'est africain savent la demande importante de cours de français, langue nécessaire pour trouver un emploi. C'est pourquoi il me semble indispensable que la France aide ces pays et fassent le maximum pour le rayonnement linguistique, culturel et économique de la Francophonie.

Au vu des enjeux d'aujourd'hui pour son pays, qui a tant besoin de paix et de développement, l'élection de George Weah, enfant des quartiers populaires, est de bon augure. Souhaitons-lui bonne réussite !

 

 

 

 

Posté par OUI LES LANGUES à 18:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,