Adriana Tanus et l’Orchestre des lycées français du monde, premier de cordée de la Francophonie !

Bravo à Adriana Tanus, professeure au lycée français de Madrid, qui met en scène 70 jeunes musiciens et 110 jeunes choristes des lycées français de 27 pays  pour ouvrir la Semaine de la langue française et de la francophonie.

C’est le 17 mars à Paris, dans le splendide auditorium de la Maison de la Radio, où l’on attend plus 1400 spectateurs, que l’Orchestre des lycées français du monde, sous la direction d’Adriana Tanus, donnera son grand concert pour célébrer la musique et la langue française.

Au programme des œuvres de Gioachino Rossini à Charles Gainsbourg, en passant par Charles Gounod et Sybelius, ainsi que des chants traditionnels de Côte d’Ivoire et du Japon. Que d’émotions en perspective !

Le concert sera également diffusé sur le site de l’AEFE et en podcast, grâce au travail d'une équipe de jeunes reporters internationaux des lycées français de Phnom Penh et de Porto !

Cela fait 4 ans que Madame Tanus conduit un orchestre constitué d’élèves de lycées français à Madrid, à Paris, à Ho-Chi-Minh-Ville ! Cette année ils viennent de 27 pays, tous unis par un amour de la musique et de la langue française. Ces jeunes, scolarisés de la Sixième à la Terminale, ont fait un triomphe au Lycée Français de Madrid lors de la répétition générale en janvier dernier. La chef d’orchestre et professeur, au micro de France-info, se plaît à raconter comment ses élèves de tous les continents conversent entre eux. En français bien sûr !

 

 

 

Posté par OUI LES LANGUES à 20:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


Victoires de la musique : bravo au hip-hop, honte aux variétés !

Le chanteur Orelsan, distingué aux 33e Victoires de la musique, confirme que le hip-hop hexagonal rayonne dans la langue française. Les rappeurs français, issus des banlieues et des provinces, font honneur à la langue du pays qui les nourrit, même si certains n’ont pas toujours brillé dans leurs paroles pour leur amour de la patrie !

On ne peut en dire autant de tous les artistes de variétés, suivez mon regard, tourné vers la fille de deux immenses vedettes francophones, Serge Gainsbourg et Jane Birkin, alors que celle-ci avait pour langue maternelle celle de Shakespeare !

Il est inadmissible que les autorités françaises, les décideurs français subventionnent, patronnent ou distinguent les artistes qui ne font que prodiguer leurs œuvres dans une autre langue que celles en usage dans le pays de Molière et dans les pays francophones des cinq continents.

Il faut que le public pèse sur cet aspect des choses, qui n’est pas anodin et qu’il ne faut pas confondre avec le nationalisme et le repli sur soi. Au contraire, c’est le pluralisme des cultures (donc des langues) qu’il faut promouvoir et défendre, avec clairvoyance et vigilance, afin d’éviter tout alignement zélé ou résigné sur une culture, aussi impressionnante qu’elle puisse paraître.

Dommage que le jury n’ait pas récompensé l’une des jeunes chanteuses qui chantent en français !

Heureusement qu’au dernier grand prix Eurovision le public de toute l’Europe, du nord au sud et de l’est à l’ouest a largement voté pour le chanteur portugais qui a chanté en portugais, faisant ainsi un énorme pied de nez aux 99% des autres candidat(e)s de tous les autres pays qui sans ambages détruisent leur pays en présentant leur chanson dans ce qu’ils considèrent comme la langue internationale.

Posté par OUI LES LANGUES à 12:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,