BREXIT: tsunami or much ado about nothing?  Sera-ce beaucoup de bruit pour rien ?

Je ne puis résister à exprimer, dans la langue de Shakespeare, cette question qui préoccupe le monde depuis ce jour de juin où le référendum britannique a surpris tous les commentateurs.

Chiche, a dit le peuple, le 23 juin, quittons l’Europe !

Certes, 4 mois après, bien malin celui qui peut en prédire vraiment les conséquences ! Il faudra encore attendre, le temps de la diplomatie et des juristes n’est pas celui des médias.

Cela n’empêche que les spéculations vont bon train, d’aucuns annonçant la dégringolade du Royaume-Uni, d’autres au contraire semblant convaincus que les Britanniques sauront tirer leur épingle du jeu et obtenir le beurre et l’argent du beurre…

S’il y a bien un sujet qui intéresse particulièrement ce blog, c’est celui de la langue anglaise. D’abord, la question de son usage dans les institutions européennes et ailleurs dans les organismes internationaux. Mais aussi tout ce qui a trait aux études : les étudiants et les universités. Les programmes européens sont nombreux : Comenius,  Erasmus, Grundtvig, Leonardo, Lingua… Les étudiants étrangers fréquentant les universités outre-Manche sont nombreux et le gouvernement vient d’annoncer la couleur : la qualité et non la quantité ! Qu’adviendra-t-il de l’ouverture du pays à la coopération culturelle et universitaire ?

Beaucoup d’articles fleurissent dans la presse depuis le 23 juin, mais pour le moment on peut dire tout et son contraire. Et ça risque de durer un certain temps !

http://www.lemonde.fr/campus/article/2016/10/07/au-royaume-uni-un-brexit-dur-s-annonce-pour-les-etudiants-etrangers_5009831_4401467.html