Santo Stefano al Mare, comme d’autres villages de Ligurie baignés par la Grande Bleue, a cette année encore perpétué la tradition religieuse de l’Infiorata lors de la Fête-Dieu. Ce jour venu, dans cette région riche de serres, joyau de l’horticulture florale et maraîchère, les villageois n’ont pas de peine à constituer des amas de pétales et de tiges, qu’ils disposent dans les ruelles étroites, dessinant des fleurs, des colombes, des rosaces, des figures représentatives du Christ et autres sujets d’inspiration religieuse. Ils y passent la journée à préparer et le soir, après la messe, ils défilent en procession, foulant délicatement les œuvres d’art, que le vent aura épargnées, grâce à maintes techniques astucieuses dont ils ont le secret…

Bravo à Santo Stefano, car tout au long du chemin, les motifs sont entrecoupés du mot PACE (la paix) écrit en 12 langues, rappelant les apôtres. Ainsi, lorsque le cortège part, il franchit le mot italien, puis le mot français PAIX (honneur aux voisins !), puis le mot anglais PEACE, puis PAZ portugais et espagnol, MIR russe, FRIEDEN allemand, SHALOM hébreux, HEPING chinois, SALAM arabe, HEIWA japonais, SHANTI sanskrit et IRINI grec.Par ce geste symbolique, les habitants de Santo Stefano montrent leur attachement à la paix dans le monde et au respect de la diversité culturelle. C’est, par une coïncidence fortuite, un clin d’œil réconfortant, au moment où leur nouveau Ministre de l’Intérieur martèle ses propos menaçants à l’égard des populations qui regardent avec envie ce côté-ci de la dissymétrique Grande Bleue.