Oui, il faut gagner Paris 2024, mais avec du panache, pas avec la peur !

Les défenseurs du Made for Sharing invoquent 2 raisons très contestables. L’échec en 2004 de la candidature de Paris pour 2012 serait dû à l’aspect trop franco-français de la devise « pour l’amour du jeu ». Difficile à croire pour ceux qui se rappellent le jeu rusé du premier ministre britannique Tony Blair en faveur de la candidature de Londres. Puis, le fait que 80% des membres votants du comité olympique aient demandé le dossier en anglais. C'est une plaisanterie, car le français et l’anglais sont les langues officielles des Jeux Olympiques, donc les dossiers sont effectivement rédigés dans ces 2 langues. Il n’y a plus qu’à les présenter dans ces 2 langues à tous les membres du comité, qui en feront l’usage qu’ils voudront.

Ainsi, lier le choix d’une devise en anglais à ces 2 raisons ne tient pas debout. Je prétends que si l’équipe chargée de préparer le dossier avait consulté des artistes, des poètes, des linguistes, ils auraient pu trouver un message en français beau et rassembleur, compréhensible du monde entier et qui ait beaucoup plus de classe que cette publicité pour bonbons et chocolats.

Au fait, les organisateurs auraient-ils reçu une subvention de la marque « Quality Street » ?

Posté par OUI LES LANGUES à 15:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Le Maroc plus francophone que la France !

Les Français écrivent en anglais sur la Tour Eiffel, mais les Marocains parlent et écrivent le français comme une langue maternelle bis ! Au Maroc, les anglophones ne font pas la loi comme en Europe. Les touristes doivent se démener pour parler français, déchiffrer les enseignes et les panneaux. Tout Marocain s’exprime correctement et fièrement en français, certains montrant même un penchant francophile au détriment des autres étrangers ! C'est une francophonie de coeur et de raison. Le Maroc a su garder avec la France des liens amicaux favorisant les échanges commerciaux et culturels. La langue arabe prévaut bien sûr et s'impose comme langue unique dans le domaine religieux, tandis que la plupart des indications dans les villes et campagnes figurent en arabe et en français. C'est en français que Sa Majesté Mohammed VI a prononcé son discours marquant le retour du royaume dans le giron de l'Union Africaine. La place de ce pays dans ce continent y sera prépondérante. Inch'Allah !

(impressions d'un voyage à Marrakech et Essaouira en 2017)

Posté par OUI LES LANGUES à 18:54 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Arroseur arrosé : la vulnérabilité du monde anglo-saxon dans sa maison de verre

Le Financial Times découvre que les Anglo-saxons, en ne faisant plus l’effort de parler d’autres idiomes, se privent de la connaissance des autres sociétés, essentielle en ces temps de mondialisation. Obama a pourtant bien dit que la nation qui veut dominer le monde doit apprendre la langue des autres. Aujourd'hui le monde entier connaît tous les secrets du monde anglo-saxon dans sa maison de verre, grave vulnérabilité que viennent de révéler Wiki-Leaks et les supposés hackers russes. Le monolinguisme des Américains devient un handicap majeur, sans les linguistes pour décrypter les informations étrangères importantes, tandis que les élites chinoises et russes ont envoyé leurs enfants étudier dans les pays anglophones!  Si l'on observe par ailleurs la distorsion entre le fonctionnement ouvert des médias à l'ouest et la censure des puissances menaçantes on voit que la cyber-guerre n'est pas un vain mot.



Posté par OUI LES LANGUES à 10:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Mohammed VI au sommet de l’Union Africaine à Addis-Abeba

Le roi du Maroc prononce en français un brillant discours lors du 28ème sommet de l’Union Africaine. Il entend marquer avec brio le retour du Maroc au sein de la grande famille africaine, son pays ayant quitté l’ancienne OUA en 1984 pour protester contre la reconnaissance du Sahara occidental. Le roi affirme son intention de jouer un rôle moteur sur le continent : résolution de conflits, missions de maintien de la paix de l’ONU, activité diplomatique, aides humanitaires, bourses d’études, formation des imams… Souhaitons-lui bonne chance dans ces projets de bonne gouvernance et de faire de l’Afrique le continent du XXIème siècle !

Posté par OUI LES LANGUES à 22:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

MADE FOR SHARING sur la Tour Eiffel !!!!

Tour Eiffel made for sharing

Devant cette image, que pense la randonneuse moscovite que j’ai rencontrée cet été sur un chemin du Cap d’Antibes ? Que pense cette femme russe, qui parcourt seule, chaque année, sac au dos, une région de France, la France dont elle aime écouter et lire la langue, qu’elle apprend chaque jour un peu mieux dans le métro de Moscou en allant à son travail ? Je l’imagine se demandant, interloquée, si la Tour Eiffel ne serait pas vendue à Los Angeles ! Je l'imagine pensant à Molière, à Hugo, à Eiffel, à de Coubertin, à Malraux...

Posté par OUI LES LANGUES à 11:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]


3 mots en anglais pour Paris 2024 : et si Pierre de Coubertin était d'accord ?

On connaîtra ce soir la devise (slogan) de la candidature de Paris pour les JO 2024, en anglais hélas, au grand dam des résistants à l’impérialisme économico-culturel américain. Pas d'arrogance et efficacité, disent les décideurs, puisque la majorité des 89 membres du comité olympique aurait demandé les dossiers en anglais. Pourtant, on peut être efficace et même brillant, en trouvant 3 mots français évocateurs au monde entier et en proposant les dossiers dans un maximum de langues, à l'instar des notices des produits made in PRC ! Reconnaissons à nos responsables le mérite d'avoir réfléchi à la question, il faut gagner ce défi pour des raisons allant au-delà de la tenue des JO. Donc, pas de polémique SVP ! La France est embarquée sur un seul navire, il nous faut désormais tous ramer dans le même sens ! Quant au baron Pierre de Coubertin, il faut savoir que c'était un anglophile, qui s'est battu pour convaincre les responsables éducatifs et sportifs parisiens de faire évoluer l'éducation française sur la base du modèle anglais (lire "L'Éducation Anglaise en France" écrit en 1889). Donc, rien ne dit qu'il n'eût pas penché aujourd'hui pour le choix de nos décideurs. Quant au mot slogan, il nous vient, via l'anglais, du gaelique écossais gairm sluagh (cri d'un clan). Attendons maintenant pour savoir s'il vaut mieux avoir un slogan en anglais plutôt qu'une devise en français !

Posté par OUI LES LANGUES à 08:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

QWANT, alternative à GOOGLE ! (source Nice-Matin)

 

Qwant, moteur de recherche niçois qui respecte la vie privée, augmente son capital de 18,5 millions d'euros auprès de la Caisse des dépôts et consignation et du géant du numérique allemand Axel Springer. Éric Léandri, cofondateur et directeur général de Qwant, propose une alternative européenne en défendant la création de données en Europe, pour le moment bien faible face aux géants des autres continents. Avec les 20 millions qu’elle avait obtenus auprès de la banque européenne d'investissement, l’entreprise fait rentrer 38,5 millions de cash.

Eric Léandri : "Nous allons pouvoir déployer plus de serveurs et surtout embaucher 50 personnes dans le Sud de la France cette année, 100 l’an prochain, pour atteindre un effectif de 200 personnes en 2018, dit-il. Le but est d’être 1.000 en 2021, de faire 500 millions de chiffre d’affaires et d’obtenir entre 5 et 10% du marché européen. Tous supports confondus, Qwant était à neuf millions de visiteurs uniques en janvier de l’année dernier, nous avons passé les 32 millions ce mois-ci, précise le directeur général. Nous avons triplé et c’est notre objectif: avoir une croissance à 300% par an. Pour continuer sur cette courbe, il nous fallait embaucher et nous agrandir. Et donc avoir du cash. Il faut faire en sorte que les données présentes sur un moteur de recherche servent à tout le monde, qu’elles servent un écosystème, développe-t-il. On veut qu’elles puissent être partagées ici, investir dans des startups qui se développent ici, en Europe plutôt que de nourrir l’économie d’autres pays, ailleurs. Tout cela en conservant nos règles de liberté et de vie privée."

Et quand on voit ce qui se passe aux États-Unis en ce moment, avoir un moteur de recherche indépendant, qui ne traque pas son utilisateur, prend tout son sens et assure le futur de notre économie.

Il faut de la donnée européenne, de l’index européen pour assurer le futur de notre économie, avec des applications ancrées ici. Ne pas être que des faiseurs de technologie, qui se vendront quelques millions là où le business des données se chiffre en milliards.

Une nouvelle appli qui embarque tout l’écosystème des acteurs de la vie privée, des visiteurs uniques en expansion sur le moteur de recherche, les signaux de Qwant sont au vert.

Autre bonne nouvelle de la semaine, Jean-Vincent Placé, le secrétaire d’Etat chargé de la Réforme de l’Etat et de la simplification a autorisé l’installation de Qwant dans la fonction publique, laissant ainsi le choix de leur moteur de recherche aux usagers.

"Ils sont quatre millions, précise Eric Léandri. Si tout le monde l’utilise, notre chiffre d’affaires grimpera en flèche et les impôts reversés à l’État aussi." Ce qu’on appelle du gagnant gagnant.

Souhaitons bon vent à Qwant, que j'ai installé sur ma messagerie avec mozilla !

Posté par OUI LES LANGUES à 16:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

la langue française mieux défendue par un espagnol d'origine et une française ultra-marine

Le débat opposant Benoit Hamon et Manuel Vals a montré que ce dernier, à nouveau, se montre sensible au problème, tandis que son rival, au contraire, se targue de parler couramment l'anglais. De même, Annick Girardin, ministre de la fonction publique, réagit avec vigueur contre l'envahisement de l'anglo-américain. Remarquons qu'il faut être d'origine étrangère ou français d'une contrée éloignée de l'hexagone pour défendre la langue de Hugo. Il serait bon, qu'entre les domaines fondamentaux qu'aborderont les candidats à l'élection présidentielle, un temps soit consacré à la langue des pays francophones et aux autres langues dont les locuteurs auraient intérêt à réfléchir aux conséquences de l'hégémonie prise ou que tend à prendre la langue anglo-américaine.

Posté par OUI LES LANGUES à 10:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Xi Jinping signal du halte au tout-en-anglais

Au Forum Économique Mondial de Davos, le président chinois se présente comme le chantre d’une mondialisation rééquilibrée et prévient que personne n’émergera en vainqueur d’une guerre commerciale. Xi Jinping a prononcé son discours, très applaudi des élites du monde économique, en chinois ! C’est peut-être à ce moment que commence vraiment le « halte au tout-en –anglais » Il est grand temps que l'Europe plurilingue, l'Europe de la traduction se réveille, avant d'apprendre le mandarin...

Posté par OUI LES LANGUES à 07:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'Académie européenne des langues et de la traduction selon Camille de Toledo

C'est en italien qu'Antonio Tajani, nouveau président du Parlement européen prononce son discours et illustre ainsi le multilinguisme intégral de cet organisme. Les non adeptes de la langue de Dante branchent leur traduction simultanée et les 24 langues officielles sont à égalité de traitement. Camille de Toledo, dans Le Hêtre et le Bouleau, reprend la phrase d'Umberto Eco, La langue de l'Europe, c'est la traduction. En conclusion de son essai, il expose son programme pour une utopie linguistique : créer une académie européenne des langues et de la traduction, un manuel d'histoire européenne unique et un fonds européen pour la traduction croisée, l'objectif étant d'arriver en 2 générations à une société de traducteurs. Voici le détail de son programme :

- Création d’une académie européenne de la traduction : pour établir le socle de savoirs et de connaissances de la « langue commune de l’Europe, pour constituer un corpus d’œuvres à traduire, pour définir les priorités de la traduction en Europe et définir les lacunes de la traduction dans les domaines scientifique et artistique ; ses travaux étant relayés dans les différents pays…

- Élaboration d’un manuel d’histoire européenne, en considérant que soient réunies les conditions d’élaboration d’une Histoire libérée de l’obsession des nations, une histoire européenne des diasporas, des traductions, des influences réciproques…

- Création d’un fonds européen pour la traduction croisée, c’est-à-dire non plus une traduction bipolaire, mais une circulation dans un espace commun à plusieurs langues, pour favoriser les traductions d’œuvres en phase avec les objectifs de l’Académie, pour subventionner des écoles de traduction, des formations d’enseignants, pour développer progressivement des pédagogies multilingues avec pour objectif quatre langues parlées et comprises à la fin de l’enseignement secondaire, le cours de traduction étant une matière principale...

Camille de Toledo, écrivain proche des linguistes et traducteurs, fixe à 2040 le moment où les traducteurs, nos enfants, en passant par la langue des autres,parviendront à entendre la langue des autres ... à s'émouvoir d'un discours dans les langues des autres... un commun sera né.

 

 

 

 

Posté par OUI LES LANGUES à 13:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]